Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

pPRoOéSieE

Articles avec #auteure

 

NOUS

 

VIVANT

 

CIVILISé

 

ATTENTION

 

INTENTION

 

VERTU

 

LIMITE

 

PATIENCE

 

RESPECT

 

SOIN

 

DéLICATESSE

 

éLéGANCE

 

EFFORT

 

NATURE

 

ENVIRONNEMENT

 

ESPACE

 

le BON SENS

 

GéNéROSITé

 

EMPATHIE

 

HUMILITé

 

SAGESSE

 

ENTRAîNEMENT

 

CONSCIENCE

 

MERCI

 

JOIE

 

VIE

 

RIRE

 

SOURIRE

 

VIGILANCE

 

 

TRANSCENDANCE

 

CLAIRVOYANCE

 

 

LUCIDITé

 

AMITIé

 

DéMOCRATIE

 

JUSTE

 

SOUFFLE

 

 

INDICIBLE

 

 

RENCONTRE

 

 

BEAUTé

 

 

AUTHENTIQUE

 

 

TRANSPARENCE

 

 

SACRé

 

 

 

LéGèRETé

 

 

 

FAUNE

 

 

 

FLORE

 

 

 

PLACE

 

 

 

CHOIX

 

 

 

SURFER

 

 

Voir les commentaires

 

LES PLUMES

Ils se sont déchirés

Les cris -

Ont traversé les églises ;

 

Ils se sont ralliés

Les villageois -

Ont chanté l'Héloïse ;

 

Alors -

Une pluie de plumes

S'est abattue sur les villages.

 

Voir les commentaires

 

IMPURE

 

Si je suis impure

Pourquoi

trempes-tu ton sexe

dans mon sexe ?

 

Si je suis impure

Pourquoi

touches-tu notre garçon

qui est né de mon impureté ?

 

Si je suis impure

Pourquoi

me côtoies-tu au risque

de te contaminer ?

 

Si je suis impure

Crois-tu

me purifier par ton viol ?

 

Suis-je impure

ou

ne suis-je pas impure ?

 

 

 

j'AvAIs tOUt prEvU

 

J'ai si longtemps travaillé à son plan ; j'ai pensé à tout, surtout à rien ; j'ai vu les larges "boulavenues" ; en rêve, éveillé...

 

 

La petite ville

Sinue, s'entoure, s'entrelace

 

La grande ville

Eternue, s'entrecoupe, s'étouffe

 

La mienne

Rassure, protège, enlace

 

Au cœur des campagnes

A côté des champignons

Aux bords des rivières

 

 

La petite ville

Commère et vitupère

 

La grande ville

Impose et implose

 

La mienne

Respire et inspire

 

Au rythme des mimosas

A l'heure des rossignols

Aux rosées battantes

 

 

La petite ville

Tempête, rouspète, saperlipopette

 

La grande ville

Chiffonne, tamponne, éperonne

 

La mienne

Rigole, caracole, convole

 

A la lune rousse

A tire d'aile

Au bon vent

 

 

j'ai vu les sans domicile fixe, les sidéens, les hémophiles que même les rats et les cafards fuyaient à grandes pattes ; j'ai vu aussi les palais, les sept merveilles du monde, les monts les plus hauts que même les intouchables n'osaient approcher ; j'ai vu l'invisible des lumières et le visible des ombres ; j'ai ressenti la vacuité des Pures et des Justes ; j'avais tout prévu mais pas le miroir aux alouettes ni l'ensablée autruche.

 

 

pEUr sUr lA vIvE

 

La foule ! La foule ! Foulée ! La foule ! Foulée ! Foulée !

 

Ecrabouillée, piétinée, massacrée

Etourdie, étouffée, écrasée

Bousculée, ravagée, emportée

Par la foule...

 

JE

Dans la file d'attente

Stressée

Angoissée

Oppressée

 

JE

Dans la file d'attente

Encore

Toujours

Stressée

Angoissée

Oppressée

 

JE

Dans la file d'attente

Tourne

S'affole

S'évanouit

 

JE

Dans la file d'attente

Encore

Toujours

Tourne

S'affole

S'évanouit

 

JE

N'est plus

Dans la file d'attente !

 

JE

Regarde la file

Le trottinement des fourmis

La vie de ceux -qu'elle ne voit pas-

Lui apparaît

Toute crue

Avec la tête des Penseurs.

 

C'est alors que le tournis vertigineux de son crâne se met en route,

Elle a les yeux fixés sur un invisible point du sol sablonneux

Réceptacle des déchets -qu'elle ne voit pas-

La fait trembler.

 

Ses pieds ne bougent pas d'un pouce

Le banc non plus,

Juste le mouvement perpétuellement incessant des fourmis hyperactives

Dans tous les sens

Guidées par elle ne sait quel sens !

De la nourriture ?

De l'amassement ?

Du nettoyage ?

De l'instinct ?

De la mort ?

Elles s'aventurent

Elles vont à cent à l'heure

Avancent en quinconce

Accélèrent en à-coup

Transportent des éléments 10 fois plus gros qu'elles

Malgré le chemin cahoteux.

Une guerrière tourne sur elle-même

Affronte tous les obstacles

100 fois plus gros qu'elle…

 

10 fois, 100 fois, 1 000 fois

Le soleil et l'ombre des arbres

tissent une dentelle sur le parcours.

 

Insidieusement, des fourmillements gravissent

le bas, le milieu, le haut de son dos

Irrépressiblement, se gratouiller, se contorsionner, s'échapper !

 

JE

Meurt

Sous l'effroi.

 

Voir les commentaires

ECRIRE - SANS ENCRE NI PAPIER - MAIS ECRIRE or sans ni avec et pour contre parce que encore

Hébergé par Overblog