Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

pPRoOéSieE

 

lE mOt dU mOIs...

 

 

ACROSTICHE

 

n.m. (grec - akros : extrême & stikhos : vers)

 

poème dont la première lettre de chaque vers, en lisant dans le sens vertical, donne le sujet/thème du poème, le nom de l'Auteur ou de celui à qui la pièce de vers est destiné/dédicataire.

 

 

 

ALEXANDRIN

 

n.m. (du roman d'Alexandre, poème du XIIème siècle)

 

vers français de douze syllabes.

 

 

ALLITERATION

 

n.f. (latin - ad et littera : lettre)

 

répétition d'une consonne ou d'un groupe de consonnes (par opposition à assonance) dans des mots qui se suivent ; produisant un effet d'harmonie imitative ou suggestive.

 

 

ANACOLUTHE

 

n.f. (grec - anakolouthon : sans liaison)

 

rupture dans la construction syntaxique d'une phrase. Ex. : rentré chez lui, sa femme était malade.

 

 

ANAGRAMME

 

n.f. (grec - anagramma : renversement de lettres)

 

mot formé des lettres d'un autre mot disposées dans un ordre différent. Ex. : gare - rage.

 

 

APHORISME

 

n.m. (grec - aphorismos : définition)

 

sentence où s'opposent la concision d'une expression et la richesse d'une pensée dont l'objectif est moins d'exprimer une vérité que de contraindre à réfléchir.

 

 

APOCOPE

 

n.f. (grec - apokoptein : retrancher)

 

chute d'un ou plusieurs phonèmes à la fin d'un mot. Ex. : ciné - cinéma.

 

 

ASYNDETE

 

n.f. (grec - asundeton : absence de liaison)

 

suppression à effet stylistique des mots de liaison (conjonction, adverbe) dans une phrase ou entre deux phrases. Ex. : femme, enfants, parents, il a tout sur les bras.

 

 

BALLADE

 

n.f.

 

- au Moyen Âge, poème lyrique à forme fixe se composant de 3 strophes et d'un envoi qui commence en général par le mot "Prince". Chaque strophe et l'envoi se terminent par le même vers, les 3 strophes sont symétriques par le nombre de vers, la position des rimes, la mesure des vers, tous de même longueur.

- au XIXème siècle, poème épico-lyrique, à strophes égales, emprunté par les romantiques à l'Angleterre et à l'Allemagne. Ce poème a pour sujet une légende guerrière, un amour tragique, sanglant, un récit fantastique.

- de nos jours, la ballade évoque surtout l'idée de chant populaire.

 

 

BLASON

 

n.m.

 

Pièce de petits vers à rime plate contenant l'éloge ou la critique/satire d'une personne qu'on voulait "blasonner" c'est-à-dire célébrer et plus souvent blâmer. Décrivant de manière très détaillée un être, une partie du corps humain ou un objet.

 

 

BOUTS-RIMES

 

Rimes choisies d'avance avec lesquelles on doit faire une poésie dites "bout-rimé", sur un sujet imposé ou librement choisi. Ce divertissement fut très à la mode dans les milieux précieux et mondains tout au long du XVIIème siècle.

 

 

BUCOLIQUE

 

n.f.

 

Poème pastoral.

 

 

CURSIF-VE

 

adj. et n.f. (latin - currere : courir)

 

Tracée au courant de la plume ou/et lue rapidement, d'une seule traite.

 

 

CUT-UP

 

(anglais - to cut up : découper) 1959

 

Prélèvement de mots ou phrases dans un journal, livre, manuel, etc. et les inoculer dans un texte.

 

 

DECASYLLABE

 

adj. et n.m.

 

Se dit d'un vers qui a dix syllabes.

 

 

DIERESE

 

# Synérèse

 

n.f. (grec - diairesis : division)

 

Prononciation en deux syllabes d'une séquence formant habituellement une seule syllabe. Ex. nuage prononcé nu-age.

 

 

DIZAIN

 

n.m.

 

Poème de dix vers.

 

 

ECRITURE AUTOMATIQUE DES SURREALISTES

 

André BRETON et Philippe SOUPAULT à l'origine (1919 - 1924 - 1930 - 1957 - 1959). Puis Louis ARAGON, Paul ELUARD,René CREVEL, Antonin ARTAUD, Benjamin PERET, René CHAR, Luis BUNUEL.

 

 

ECRITURE BLANCHE

 

Poésie sèche. Entreprise d'élimination, d'assèchement, de décrassage, nettoyage.

 

 

EGLOGUE

 

(étym. pièce choisie)

 

Poème pastoral consistant en un dialogue entre deux bergers. Ce genre antique fut repris en France au XVIème siècle.

 

 

ELEGIE

 

(gr. - dire : hélas)

 

Poème lyrique, caractérisé par l'alternance des hexamètres et des pentamètres, qui finit par se spécialiser dans l'expression des sentiments mélancoliques provoqués par un deuil ou un amour malheureux.

 

 

ENJAMBEMENT

 

n.m.

 

Rejet au vers suivant d'un ou de plusieurs mots étroitement unis par le sens à ceux du vers précédent. Ex. un astrologue, un jour, se laissa choir / au fond d'un puits (La Fontaine).

 

 

EPIGRAMME

 

En Grèce, tout poème assez court pour être gravé sur une pierre. Chez les latins, petit poème satirique très bref ; forme sous laquelle il est demeuré en France.

 

 

EPITHALAME

 

(gr. - sur le lit nuptial)

 

Poème à la louange de deux époux ; genre repris par la Pléiade qui y introduisit des thèmes mythologiques, érotiques, moraux et parfois patriotiques.

 

 

EPITRE

 

Lettre en vers sur des sujets forts variés : confidences, récits d'aventures, thèmes moraux, etc. Le ton garde la souplesse du genre épistolaire et varié, suivant le sujet, du badinage au sérieux, sans atteindre l'éloquence ni la rigueur du discours.

 

 

EPOPEE

 

n.f. (gr. - action de faire un récit)

 

Poème héroïque, par opposition au roman qui, à l'origine, ne s'en distinguait pas. Elle est conçue selon les règles tirées d'Homère et de Virgile.

 

 

FRAGMENT

 

n.m. Pas de définition standard !

 

Papillonnage ; découpes, brisures de miroirs ; vision du monde, méthode de saisi du réel ; discontinu, interruptions, trous, suspens, angles morts, zones d'ombres, effets d'écran, surexpositions, floutés, solarisations, brouillages, échos, superpositions, saturations ; réseaux de sens, d'images, de sons, clignotements, stroboscopes, bombardements à fragmentation ; dispersion, dissémination, discontinuité du sujet pluriel, impersonnel, moderne ; acuité, actualité ; volés en éclats sous la violence de l'émotion ; écriture mise en pièces, attaquée, cassant sa construction ; dysfonctionnement ; dérèglement de la temporalité, étoiler sa linéarité ; les fragments n'ont pas toujours de liens entre eux ; n'aimer que les débuts ; concision pour aller au trait d'esprit ; geste d'écrire, transcription du "work in progress", bande passante, traçante des bruits ; comme un croquis, une note, un carnet, une capture, fresque, éclat, écume de conversation, bribe, lambeau, suspension ; ponctuation inventée, autre, autre effet de sens ; éléments volatils à nouveau soudés ; rythmique visuelle et sémantique, éclatement, heurt, glissement, syncope, accélération ; slogan, gravure, jeu typographique, photo, pictogramme, agglomérat  surf, zapping, scratch, cut-up.

 

HAÏKAÏ

 

n.m. (mot japonais)

 

Forme poétique japonaise qui a donné naissance au haïku.

 

HAÏKU

 

n.m. (mot japonais)

 

Petit poème japonais constitué d'un verset de 17 syllabes (5 - 7 - 5)

 

HETEROGRAMME

 

(gr. - hétéros autre et gramma lettre)

 

Est une phrase comportant chaque lettre de l'alphabet au plus une fois. En français, un hétérogramme peut comporter au plus 26 lettres (42 si l'on compte les lettres accentuées et ligatures de l'alphabet français (à â é ê ë î ï ô ù û ü ÿ ç ae oe)). Le jeu consiste à construire une phrase cohérente la plus longue possible sans nom propre ni abréviation ou sigle. Un pangramme parfait serait un hétérogramme.

 

HEXAMETRE

 

adj. et n.m.

 

Se dit d'un vers qui a six mesures ou six pieds.

 

HYMNE

 

Poème religieux en l'honneur des dieux ou des héros. Au XVIème siècle, poème à rime plate, en alexandrins, épique ou didactique (jamais lyrique) sur des sujets très divers. Ensuite, toute oeuvre qui chante un grand sentiment sur le mode du lyrisme enthousiaste.

 

IDYLLE

 

(gr. - petit tableau)

 

Dans la poésie grecque, petit poème, presque toujours érotique, évoquant des scènes de la vie pastorale. Genre repris par la Pléiade.

 

IMPROMPTU

 

Petit poème improvisé, très à la mode chez les Précieux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

ECRIRE - SANS ENCRE NI PAPIER - MAIS ECRIRE or sans ni avec et pour contre parce que encore

Hébergé par Overblog